Maillot Jaune du centenaire : vingt pièces uniques

14 mai 2019 - 15:06

Pour les 100 ans du Maillot Jaune, le leader du classement général sera récompensé chaque soir par un exemplaire unique. Le coq sportif et les organisateurs du Tour de France, en présence de LCL, ont dévoilé ce matin dans l’usine de la marque à Romilly-sur-Seine les vingt maillots que se disputeront les coureurs au mois de juillet. L’Atomium de Bruxelles, la cathédrale de Reims, le Lion de Belfort, la place du Capitole à Toulouse, mais aussi Eugène Christophe et les quintuple-vainqueurs du Tour seront mis à l’honneur sur le Maillot Jaune.

Le Maillot Jaune, apparu dans le peloton du Tour de France le 19 juillet 1919 sur les épaules d’Eugène Christophe, leader du classement général jusqu’à la veille de l’arrivée finale, s’est imposé comme un trophée à part dans le monde du sport. Ceux qui gagneront le privilège de le porter cent ans plus tard auront aussi l’honneur d’endosser des exemplaires uniques, dont le visuel sera à chaque fois adapté au parcours de l’étape sur laquelle ils le porteront. Ainsi, c’est probablement un sprinteur qui bombera le torse au soir du 6 juillet prochain avec un Maillot Jaune où s’affichera l’Atomium, l’un des symboles de la ville de Bruxelles. Bien plus loin, une hiérarchie provisoire sera certainement établie lorsque le peloton se dirigera vers les Alpes, avec un Maillot Jaune dédié au Pont du Gard. Et bien entendu, le plus convoité sera remis à Val Thorens au soir de l’avant-dernière étape, afin que l’ultra-probable vainqueur de la 106e édition fasse son entrée sur les Champs-Elysées vêtu d’une tunique où l’Arc de Triomphe portera avec à propos son message de victoire.

Parmi les rares maillots produits par le coq sportif, un seul chaque soir sera personnalisé avec le nom du coureur et l’intitulé de l’étape sur laquelle il sera amené à le porter. La version « replica » disponible dans le commerce sera quant à elle déclinée à partir de trois visuels : l’Atomium, un paysage de montagne et l’Arc de Triomphe.

Pour cette édition 2019, les Maillots Jaunes portés chaque jour par les leaders sont fabriqués en France, dans l’usine du coq sportif localisée à Romilly-sur-Seine. Le savoir-faire de la marque et de ses façonniers accompagneront, sur chacune des étapes, le leader du Tour de France.

Marc-Henri Beausire, C.E.O le coq sportif : « Notre partenariat avec le Tour de France prend tout son sens quand on vit ces moments avec ces grands champions et ces millions de personnes sur les bords des routes de France. Cette année c’est avec un intérêt encore plus particulier que nos collaborateurs de Romilly sur Seine vont suivre cette édition, les maillots portés par les leaders sortant de notre usine auboise. »

Christian Prudhomme, directeur du Tour de France : « Les maillots sont uniques cette année puisque chaque maillot a sa spécificité, liés aux parcours ou aux champions qui ont fait l’histoire du Tour de France. Nous partons de Bruxelles où le premier Maillot Jaune aura l’Atomium, le dernier aura l’Arc de Triomphe, les Champs-Elysées, et puis certains auront le visage de Bernard Hinault, le visage d’Eddy Merckx, le visage de Jacques Anquetil ou de Miguel Indurain par exemple. Ce sera quelque chose de vraiment particulier pour les 100 ans du Maillot Jaune. Des Maillots Jaunes dont on pourra dire dans quelques années : « Ce Maillot Jaune là, c’était sur telle étape parce qu’il y a Eugène Christophe, le premier Maillot Jaune de l’histoire du Tour de France ». 19 juillet 1919 – 19 juillet 2019, à Pau, ce sera Eugène Christophe sur le Maillot Jaune. »

Étape 2 :

Bruxelles Palais Royal - Bruxelles Atomium :

L’Atomium était déjà à l’honneur pour le premier Grand Départ de Bruxelles en 1958, l'année de l’Exposition universelle.

Étape 3 :

Binche – Epernay :

Eddy Merckx a remporté la première de ses cinq victoires sur le Tour il y a 50 ans.

Étape 4 :

Reims – Nancy :

La cathédrale de Reims a sacré des rois de France… et de nombreux sprinteurs sur le Tour de France.

Étape 5 :

Saint-Dié-des-Vosges – Colmar :

Jacques Anquetil, le premier des quintuples vainqueurs du Tour, a révolutionné le sport cycliste.

Étape 6 :

Mulhouse - La Planche des Belles Filles :

En plaine, en ville ou en montagne, le peloton du Tour part à la rencontre de son public.

Étape 7 :

Belfort - Chalon-sur-Saône :

Le Lion de Belfort, sculpture d’Auguste Bartholdi, le père de la statue de la Liberté à New-York. C'est là qu'Eddy Merckx a endossé le Maillot Jaune et ne l’a plus quitté jusqu’à Paris en 1969.

Étape 8 :

Mâcon - Saint-Etienne :

Bernard Hinault, vainqueur à cinq reprises, est aussi le dernier représentant français au palmarès du Tour. Bernard Hinault arrive ensanglanté à Saint-Étienne.

Étape 9 :

Saint-Etienne – Brioude :

Le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne, surnommé Le chaudron, fait lui aussi partie du patrimoine sportif français.                                    

Étape 10 :

Saint-Flour – Albi :

La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi s’impose comme le plus grand édifice de briques du monde.

Étape 11 :

Albi – Toulouse :

Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain forment le club des quintuples vainqueurs du Tour de France.

Étape 12 :

Toulouse - Bagnères-de-Bigorre :

La place du Capitole à Toulouse, l’une des plus vastes de France

Étape 14 :

Tarbes - Tourmalet Barèges :

Depuis la première ascension au col du Tourmalet en 1910, le peloton a escaladé 82 fois le Géant des Pyrénées.  

Étape 13 :

Pau – Pau :

Eugène Christophe a été le premier porteur du Maillot Jaune en 1919… mais l’a perdu à la veille de l’arrivée finale.

Étape 15 :

Limoux - Foix Prat d'Albis :

Miguel Indurain est l’unique coureur à avoir gagné le Tour cinq fois consécutivement.

Étape 16 :

Nîmes – Nîmes :

Les arènes de Nîmes bouillonnent à l’occasion de la Feria… mais ont aussi accueilli la Coupe Davis ou encore les coureurs de la Vuelta.

Étape 17 :

Pont du Gard – Gap :

Le pont du Gard, l’un des édifices monumentaux de l’époque romaine, enjambe le Gardon.

Étape 18 :

Embrun – Valloire :

Le col du Galibier a accueilli la plus haute arrivée de l'histoire du Tour en 2011, à 2 645 mètres d'altitude.

Étape 19 :

Saint-Jean-de-Maurienne – Tignes :

Le col de l’Iseran, perché à 2 770 mètres d’altitude, toit du Tour de France 2019.

Étape 20 :

Albertville - Val Thorens :

Á la veille de l'arrivée du Tour, c'est sur une ultime étape de montagne que peut basculer le podium.

Étape 21 :

Rambouillet - Paris Champs-Elysées :

L’Arc de Triomphe domine les Champs-Élysées, où se joue l’arrivée finale du Tour de France depuis 1975.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.

En savoir plus