Dan Martin, la classe irlandaise

Dimanche 21 avril

La Doyenne des classiques s'est jouée sur un scénario digne de son prestige, dans lequel les deux leaders de l'équipe Garmin-Sharp ont manœuvré avec justesse et opportunisme. Dans un peloton... Lire la suite

Dan Martin, la classe irlandaise

actualités21.04.2013Après course

© P.Ballet

La Doyenne des classiques s'est jouée sur un scénario digne de son prestige, dans lequel les deux leaders de l'équipe Garmin-Sharp ont manœuvré avec justesse et opportunisme. Dans un peloton éprouvé par les kilomètres et la sélection de la côte de la Redoute, c'est d'abord le Canadien Ryder Hesjedal qui a porté une attaque en solitaire, à 16 km de l'arrivée. Bien que rejoint par un groupe de favoris qui se détachait dans la côte de Saint-Nicolas, le vainqueur du Giro 2012 a continué d'œuvrer à la réussite du mouvement, pour le compte de Daniel Martin, lui aussi présent à l'avant dans le final. Le coureur irlandais a ensuite réagi avec instinct à une attaque de Joaquim Rodriguez. Dans les 500 derniers mètres, Dan Martin a surgi pour un sprint à deux qui aurait pu être signé Sean Kelly, son illustre aîné qui était jusqu'ici le dernier vainqueur irlandais de Liège-Bastogne-Liège, en 1989. Le podium est complété par Joaquim Rodriguez et Alejandro Valverde.

Six coureurs en tête
C'est au 4ème kilomètre de course que Bart De Clercq (Bel-LTB) lance un mouvement, suivi par Vincent Jérôme (Fra-EUC), Jonathan Fumeaux (Sui-IAM), Pirmin Lang (Sui-IAM), Frederik Veucheulen (Bel-VCD) et Sander Armee (Bel-TSV). Les six hommes prennent rapidement leurs distances avec le peloton, et obtiennent un avantage maximal de 14', enregistré au kilomètre 43. L'équipe Katusha dépêche alors un de ses rouleurs, Eduard Vorganov, pour entamer une poursuite qui s'organise avec le renfort d'Alexey Lutsenko pour Astana, et de Pablo Lastras pour Movistar.

Problèmes mécaniques à répétition pour De Clercq
Le peloton se rapproche sans précipitation et franchit la côte de Saint-Roch (km 116,5) avec 8'45'' de retard sur l'échappée. L'accélération est nettement plus sensible à l'approche de l'enchaînement des côtes de Wanne, de Stockeu et de la Haute-Levée. A l'issue de ce triptyque, il reste 4'50'' d'avance aux six hommes de tête, menacés par une chasse plus affirmée de la part de Movistar et de BMC. Dans l'ascension menant au col du Rosier, et plus encore dans la côte du Maquisard, l'équipe Sky fait son apparition à l'avant du peloton. En tête de course, Sander Armee lâche justement prise dans cette pente. C'est ensuite dans la portion plane précédant le Mont Theux (km 208) que Bart De Clercq connaît des problèmes mécaniques à répétition, mais s'accroche tout de même à « son » échappée. Toutefois, la marge dont elle dispose n'est plus que d'une petite minute (40'') en attaquant la côte de la Redoute.

Lopez Garcia lance l'offensive
L'échappée ne résiste pas à la raideur de la côte, et encore moins à l'offensive lancée par Lopez Garcia (SKY), qui avale Vincent Jérôme, dernier survivant du groupe, peu avant le sommet. Derrière Lopez Garcia, un groupe se crée en deux temps avec Bardet (ALM), Cunego (LAM), Fuglsang (AST), Losada (KAT), Costa (MOV), Ten Dam (BLA) et Fédrigo (FDJ). Les huit coureurs sont à leur tour réintégrés dans le peloton, conduit à 25 km de l'arrivée par la formation BMC.

Betancur encore décisif
Dans la côte de Colonster, l'accélération la plus tranchante est portée à 1 km du sommet par Alberto Contador, qui précipite la formation d'un groupe d'attaque avec Uran (SKY), Hesjedal (GRS), Anton (EUS), Caruso (KAT) et Costa (MOV). Parmi eux, le vainqueur du Giro 2012 tente sa chance en solitaire à 16 km de l'arrivée et maintient en respect ses premiers poursuivants, qui cèdent quant à eux sous la pression des coéquipiers du champion du monde. Le Canadien défend un avantage d'une vingtaine de secondes jusqu'à la côte de Saint-Nicolas. Il fait les frais des accélérations déclenchées en tête de peloton, notamment par Carlos Betancur, qui emmène avec lui Cunego (LAM), Scarponi (LAM), Rodriguez (KAT) et Valverde (MOV).

Purito repris à 500 m de la ligne
Juste avant la Flamme Rouge, Joaquim Rodriguez anticipe un éventuel sprint et semble prendre un avantage décisif. Mais Daniel Martin a réagi à temps, et récupère la roue de Purito à 500 mètres de la ligne. Le coureur irlandais temporise quelques secondes avant de placer une accélération qui dépose Rodriguez dans les 300 derniers mètres. Dan Martin remporte à Liège la première grande classique de sa carrière, le podium étant complété à la 3ème place par Alejandro Valverde. 

La course en images

photo25/11/2013 

© P.Ballet

  •  
Voir toutes les actualités

Tableau d'honneur 2013

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Liège Bastogne Liège

Partenaires de Liège-Bastogne-Liège