L'étape du jour

Saint-Pourçain-sur-Sioule / Lyon

Journal de l'étape

Plein de cadeaux à gagner !

La Caravane Publicitaire

Gagnez de nombreux cadeaux avec les jeux concours de vos marques préférées et découvrez toutes les photos des fans. En découvrir plus

Wiggins, la poursuite de la perfection

actualités28.07.2012Avant-course

WIGGINS Bradley vainqueur du maillot jaune - © L`EQUIPE/ PREVOST

A 32 ans, Bradley Wiggins est devenu le premier vainqueur britannique du Tour de France, au terme d'une course dominée par l'équipe Sky, également présente sur la deuxième marche du podium avec Christopher Froome. Le Maillot Jaune du Tour 2012, vainqueur des deux contre-la-montre de Besançon et de Chartres, a réussi à sortir de son image de poursuiteur limité à l'exercice solitaire pour devenir un leader complet.

 

Encore une histoire de chenille métamorphosée en papillon ! Il fallait présenter quelques signes particuliers pour faire le choix de passer ses après-midis à tourner les jambes sur un vélodrome, dans l'Angleterre du début des années 90. Mais Bradley Wiggins, dès l'âge de 12 ans, a été aimanté par les pistes, que son père Gary a longuement fréquentées en tant que coureur de Six Jours. L'atavisme explique partiellement la présence de dispositions chez le jeune garçon, qui a pourtant peu reçu d'un père absent. En réalité, la précocité et la ténacité du projet de devenir cycliste professionnel révèle déjà les bases d'un tempérament hors-normes. Très tôt plongé dans les livres, photos et résultats de courses en tous genres, Bradley développe pendant son adolescence une culture totale du vélo, correspondant à l'engagement absolu qu'il met dans sa pratique.

Bradley l'obsessionnel se livre d'abord tout entier à la piste, guidé par ses rêves olympiques. Pour pouvoir s'y consacrer, il traverse la Manche et signe un premier contrat professionnel avec la FDJ. Sa première expérience des Jeux s'était achevée sur une frustration, avec une chute dans l'avant dernier tour de la finale de l'Américaine, qui l'a privé d'une deuxième médaille à Sydney, après le bronze de la poursuite par équipes. L'écorché vif se concentre alors encore davantage, et se donne les moyens de réaliser ses objectifs. Dans l'optique des Jeux de 2004, il choisit même de quitter l'environnement pourtant confortable de la FDJ pour s'éloigner de Bradley McGee, son rival absolu sur les 4000 mètres de la poursuite. Comme prévu, le duel se joue dans le vélodrome d'Athènes, et c'est Wiggins qui rafle l'or. A Pékin, la feuille de route est encore mieux respectée, et le rouleur britannique domine totalement son sujet : il repart de Chine avec les deux titres, par équipes et en individuel.

Métamorphose physique :
le pistard de Pékin a fondu de huit kilos

Sur la route, c'est aussi une série de déclics et de révélations qui a transformé le chrono-man condamné à briller quelques jours par an en rouleur tout terrain, capable de tenir le rythme des meilleurs grimpeurs sans posséder toutefois la capacité d'accélération d'un Andy Schleck ou d'un Alberto Contador. Après le passage chez Crédit Agricole et Cofidis, puis les lauriers chinois, Wiggins s'autorise à casser ses limites mentales et se projette dans la peau d'un autre personnage. La métamorphose est d'abord physique : le pistard de Pékin a fondu et s'est débarrassé de huit kilos pour aller chercher la 4ème place du Tour 2009, au sein de l'équipe Garmin. La performance est remarquée, saluée, pas toujours reconnue à sa juste valeur. Wiggins, lui, prend conscience de son changement de statut et de ses nouvelles possibilités. Et la providence se présente avec la création de l'équipe Sky, qui dispose des moyens, des idées et du discours pour faire du longiligne rouquin un véritable leader. Une machine à gagner.

La tentative de 2010, peut-être compromise par le choix de participer au Giro d'Italia en préambule du Tour, continue de titiller l'Anglais et de lui apprendre la patience. Et la chute qui lui vaut un abandon sur le Tour 2011 avec une clavicule cassée sert à nouveau de moteur à Wiggins. Il gagne finalement en confiance et se tourne vers l'objectif 2012 avec une assurance qui se dégage de sa personne et rejaillit sur l'ensemble de son équipe. D'ailleurs, le sacre de « Wiggo » peut se lire comme une œuvre collective, et tient également de la saga au long cours. Car la démonstration a bel et bien débuté sur Paris-Nice. Le premier rendez-vous majeur de la saison, qui était également la première échéance véritable depuis l'annonce d'un parcours favorable aux grands rouleurs, signale le sérieux de la candidature de Wiggins. Puis le Tour de Romandie, et le Critérium du Dauphiné, donnent à l'équipe Sky tout son relief et sa profondeur. Les lieutenants qui entourent Wiggins lors de ses victoires sont aussi performants que loyaux et dévoués. Et dans la formule gagnante de Sky, Wiggins tient sa légitimité de patron de sa supériorité manifeste sur les chronos. Testée avec succès pendant les courses d'une semaine de la campagne de printemps, elle est appliquée sur le Tour avec la même rigueur… et la résistance au temps en bonus.

Placés dès le prologue de Liège, Wiggins et ses troupes assument leurs responsabilités. En jaune dès l'étape de La Planche des Belles Filles, le favori n'a jamais cédé à la tentation de confier son habit à un intérimaire d'une autre équipe pour libérer ses hommes du poids de la course. Même après avoir acquis la certitude que son avantage en contre-la-montre sur des adversaires de moins en moins rivaux le mettrait à l'abri des mauvaises surprises. Concentré et attentif, le collectionneur de guitares n'a commencé à savourer la mélodie de la victoire qu'après avoir franchi le col de Peyresourde, dans l'étape de Peyragudes. Deux jours plus tard, le chrono de Chartres lui donnait l'occasion d'ajouter une deuxième étape à son palmarès, de mettre fin aux spéculations sur une supériorité fantasmée de son coéquipier et premier poursuivant Chris Froome, et d'entériner un classement général qu'il a su garder sous contrôle. Le bonheur se lit dans le coup de poing de libération donné sur la ligne d'arrivée. Voilà le premier battement d'ailes du papillon jaune.

Voir toutes les actualités

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 14

Classements à l'issue de l'étape 14

Vainqueur de l'étapeRetrouvez les cotes du PMU avant le départ de l'étape
Vainqueur finalAucun pari n'est actuellement disponible

S'abonner

Recevez des informations exclusives sur le Tour de France

Sondage

Chris Froome va-t-il perdre une partie de son avantage dans l'étape de Lyon ?

  • Oui0%
  • Non0%
0 vote

Partenaires du Tour