Mardi 4 juin 2013

Étape 3Ambérieu-en-Bugey / Tarare

Départ 10h42 GMT 2+

Boasson Hagen, la troisième

L'équipe Sky s'était montrée plutôt discrète depuis le début de ce Critérium du Dauphiné. Ses coureurs n'ont pourtant pas attendu le contre-la-montre du Parc des Oiseaux pour se distinguer. L'étape de Tarare correspondait aux qualités d'Edvald Boasson Hagen, qui avait moins bien man?uvré dans le final des deux premières. Si les formations Omega Pharma Quick Step et FDJ ont été les plus actives dans le travail de poursuite des échappés, le champion de Norvège a pu s'appuyer sur ses coéquipiers dans les derniers kilomètres, pour placer une accélération imparable à deux...

Lire la suite Journal de l'étape

L'étape en images

photo16/09/2013 

VEILLEUX David - leader classement général © A.S.O. / G.Demouveaux

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côté tourisme

Ambérieu-en-Bugey

La ville a connu ses premiers habitants durant l'âge de bronze, mais c'est la tribu celte des « Ambarres » qui lui donnera son nom. Le moyen âge a vu, au moment des guerres delphino-savoyardes, l'édification de plusieurs forteresses aux alentours
dont le château de Saint-Germain et celui des Allymes. Ambérieu est aussi marquée par son passé industriel. L'arrivée du chemin de fer, en 1856, a constitué un tournant fondamental, provoquant l'essor économique de la cité, changeant le paysage
mais aussi la vie sociale, ce dont témoigne aujourd'hui le Musée du Cheminot. Et dès le début du XXe siècle, la ville est également devenue un site incontournable pour les pionniers de l'aviation ! Il ne reste aujourd'hui qu'une petite partie du vieil Ambérieu mais on y trouve nombre de curiosités et d'anecdotes historiques. La ville conjugue aujourd'hui les atouts d'une cité paisible tout en proposant les services d'une vie économique dynamique, sportive et culturelle florissante ainsi qu'un tissu associatif très dense, dignes d'une ville importante.

Tarare

Ici, pas de haute montagne ni de lac prisé des touristes, pas plus que de château médiéval ou de parc animalier. Tarare ne se visite pas, Tarare se vit. Sur la célèbre Nationale 7, entre Lyon et Roanne, ce chef-lieu du canton de Tarare est entré dans une nouvelle ère en pariant résolument sur l'avenir. L'ouverture de l'autoroute A 89 la rapproche de l'agglomération lyonnaise mais également de Clermont-Ferrand. La récente réhabilitation
d'une friche industrielle à l'entrée de ville vise à redorer une image trop longtemps ternie. En son sein, la fabrique de bière artisanale du Ninkasi, l'une des plus importantes de la région Rhône-Alpes, mais aussi la maison des entreprises de l'ouest lyonnais et bien d'autres centres d'activités comme Les Teintureries, un des symboles d'une ambition retrouvée autour de nombreux savoir-faire reconnus tels le textile, les revêtements de sol ou encore l'agroalimentaire. Témoignage d'une collectivité qui bouge, Tarare, et ses 11 000 habitants,
a reçu en 2010 le label ville ludique et sportive

Porteurs de maillots à l'issue de l'étape 8

Classements à l'issue de l'étape 8

S'abonner

Recevez des informations exclusives du Critérium du Dauphiné

Partenaires du Critérium du Dauphiné